J'avais décidé d'arrêter de faire des articles trop personnels mais aujourd'hui, je sens bien que l'accumulation de tous mes problèmes pèse sur la bonne continuation de mon régime. Je vais donc vous parler à cœur ouvert, exceptionnellement. Je ne cherche pas spécialement de réconfort où qu'on me lance des fleurs pour "le chemin déjà parcouru" mais tout simplement à vous faire comprendre que les choses ne se passent pas toujours comme on le souhaiterait... et que parfois il faut savoir lâcher prise. Très philosophique tout ceci...

Comme vous le savez (ou pas), j'ai commencé ce régime après une opération de la poitrine. Ce n'était pas de la chirurgie esthétique, c'est tout ce que vous avez besoin de savoir. Jusqu'alors, je n'avais pas senti le besoin de prendre soin de mon physique. J'avais pris beaucoup de poids en peu de temps (plus de 15 kilos en 2 ans) mais ça ne me paraissait pas important vu que même mince, je n'aurais pas pu profiter de mon corps...
Donc, je commence ce régime après cette première opération. Je pensais honnêtement que ma vie allait changer. Mai 2010, deuxième opération, la suite. ça se passe mal. Pas mal de complications, un résultat plus que décevant et... des regrets. Je ne pensais pas pouvoir me sentir moins bien après l'opération qu'avant... Avec le recul, je pense même avoir fait une petite dépression à cette époque. Heureusement, j'ai réussi à continuer mon régime sans trop de peine et ça m'a surement aidé d'avoir quelque chose en quoi m'investir. Quelque chose qui me prouvait que j'avais un petit pouvoir sur mon corps car à cause des complications, les résultats ne sont vraiment pas beaux et je vais devoir faire "retoucher" tout ça. Dire que je n'aurais jamais pensé chirurgie sans ce **** de problème...

A cette époque (juin 2010), je me rends chez le médecin pour mon bilan mensuel du régime et lui fait remarquer que mes mollets sont vraiment très gros. Je n'ai pas perdu un centimètre de tour de mollet alors que j'avais déjà perdu 18 kilos! Elle me parle donc de lymphoedème (wiki) et me prescrit des drainages lymphatiques accompagnés de bandages de contentions. Cela dit, elle me conseille d'attendre la fin de l'été pour commencer car ce n'est pas super confortable... J'ai donc passé tout l'été mi fière de mon nouveau corps, mi complexée par ces jambes qui me font paraitre 10 kilos de plus...
Septembre 2010, je prends donc rendez-vous chez une physiothérapeute pour les drainages. Ce sera pour octobre. A peine déshabillée, elle m'annonce qu'il ne s'agit pas d'un lymphoedème mais d'un lipoedème...  [stockage anormale et pathologique de la graisse] Moi je dis "d'accord"... Ce que je ne savais pas, c'est que les moyens de soigner un lipoedème  sont quasiment inexistants. Autant dire que le moral n'était pas au beau fixe. On me parle de régime (déjà fait), d'aquagym (idem) et de bas de compression. Il ne me reste donc plus qu'une chance sur trois pour voir un effet. J'espère.

Nous voilà en novembre, j'ai perdu 1.5cm de tour de cheville et environ 2cm de tour de mollet. Évidemment, les mesures ne sont pas très précises dans ces endroits. La différence n'est en tous cas pas visible à l'œil. Je vais voir un endocrinologue pour faire un bilan. Je commence à me poser des questions sur tous ces problèmes... On m'avait diagnostiqué il y a deux ans un taux trop élevé de testostérone (syndrome polykystique), je demande si ça peut être la cause de tous ces problèmes. L'endocrinologue prend beaucoup de temps pour écouter toutes mes préoccupations ainsi que pour examiner mes jambes. Il m'annonce que je n'ai pas de "maladie hormonale". C'est à dire que mes problèmes peuvent être dû aux hormones mais que ce n'est pas forcément un dérèglement. On ne peut en tous cas rien y faire... Il me recommande néanmoins un chirurgien d'un grand hôpital, qui a déjà pratiqué des liposuccions des mollets avec lipoedème. Hier, pleine de motivation, j'ai donc pris rendez-vous avec ce chirurgien, pour fin janvier.

Heureuse, me disant que je suis enfin sur le chemin d'une amélioration, je me rends chez le dermatologue ce matin pour un simple contrôle de mes grains de beauté. Et bien, mes grains de beautés vont bien. Mais il n'a pu que remarquer cet imposant lipoedème. Il n'a pas entendu parler de liposuccion et me rappelle que c'est une maladie rare qui me suivra toute ma vie. ça ne se soigne pas! Il me recommande un grand spécialiste (angiologue) du problème, qui pourra certainement m'aiguiller et me conseiller avant toute chirurgie... Apparemment, ma culotte de cheval fait aussi partie des symptômes du lipoedème et ne serait pas qu'une simple surcharge pondérale. Il ne faudrait donc pas se concentrer seulement sur les mollets...

Me voilà donc ici, complètement déprimée...

Je ne serai donc jamais belle?

Pourrais-je un jour aller voir un médecin sans qu'il me rajoute un diagnostique et m'envoie chez un spécialiste?

Je passe ma vie chez les médecins depuis bientôt un an... Je n'en peux plus!

La goutte d'eau qui m'a poussée à ma décision est un événement qui s'est passé mercredi... Une jeune fille a été retrouvée assassinée chez elle, dans mon village... Et cette fille, je la connais. 19 ans et toute la vie devant elle... On le voit dans les journaux et au télé journal mais lorsque ça arrive à quelqu'un qu'on connaît, c'est tout autre chose. Je ne m'en remets pas. Je me rends compte que la vie est courte. Que parfois il faut savoir arrêter, se dire que malheureusement (ou non) on ne peut ressembler à des mannequins. Je me suis dit que si je mourrais demain, ça me ferait vraiment ch*** (désolée pour le terme) d'avoir gâché mes derniers mois à cause d'une obsession pour un chiffre sur une balance, de ne pas être allée au resto avec mon amoureux par peur de grossir et d'avoir été malheureuse comme je le suis aujourd'hui.

Je vais donc passer en consolidation.

Merci à tous ceux qui liront ce message.
Ce blog m'aide beaucoup beaucoup ....